Site de la commune de Crespin - Aveyron - France
16/12/2018

***
Mairie; Le Bourg; 12800 Crespin
tél. 05 65 69 23 35
COURRIEL
VISITE VIRTUELLEn Article n°4.1 n 02/09/05 n 13:14 n Editeur : thierry
Des monts du Lévezou au Bas-Rouergue
La rivière Viaur
-

Le Viaur est une rivière située dans le sud du Massif central, dans le département de l’Aveyron.
Affluent de rive gauche de l’Aveyron et d’une longueur de 155 km, le Viaur prend sa source dans le Rouergue, sur le plateau cristallin du Lévézou, à proximité de Vézins-de-Lévézou (montagne de Palanges) et traverse, par une vallée déserte et encaissée, les plateaux cristallins du Ségala. Il arrose successivement Pont-de-Salars, Sainte Juliette sur Viaur, Camjac, Saint-Just-sur-Viaur,CRESPIN et conflue avec l’Aveyron à Laguépie. Ses principaux affluents sont le Vioulou et le Céor. Il passe bien évidemment par le Pont de Cirou.

D’où vient son nom ?

Les origines de son nom peuvent vous paraître mystérieuses...
Il est constitué d’une formulation latine issue de " via auri ", la voie de l'or, laissant supposer la présence de paillettes d'or dans son lit. Belle idée pour rêver et créer des légendes et Jean Boudou n'a pas laissé passer une si belle occasion "en or". Pour d'autres, également bien inspirés, ce serait le passage de voies romaines qui aurait fait de la vallée une voie dorée, porteuse de vie et de richesses.
Mais l'étymologie est tout de même une chose plus sérieuse. Prenons comme exemple un nom de rivière ou de montagne ne se change pas un beau matin par le caprice de qui que ce soit. Il vient de loin, de très loin, et le nom du Viaur comme la rivière coule à travers le temps et le passage des hommes...
La racine du nom, préceltique, viendrait de Vig (cours, chemin). On la retrouve dans de nombreux autres cas comme la vienne qui s’appelait Vigenna.
Pour le " g " intervocalique (entre deux voyelles) s’enlève automatiquement.
Pour le Viaur à la racine Vig a été rajouté le radical awlawa. Il est à l'origine du nom de plusieurs rivières ou fleuves. Logiquement Vig + aw - r devient Viaur et Vig + ulu (diminutif) a donné le nom au Vioulou (petit Viaur).
Ainsi le Viaur est le chemin de l'eau.

Si le Viaur est une vallée à l'écart du monde moderne son parcours a été d'un passé de grande activité. Le plus en aval est le barrage de Thuriès puis, en remontant son cours, les deux viaducs à la hauteur de Tanus (l'un routier, l'autre ferroviaire). Plus en amont ont été édifiés le barrage de Pont-de-Salars, sur son affluent, le Vioulou, celui de Pareloup et encore celui, plus modeste, de Bage sur un autre de ses affluents la Bage.

De nombreux moulins et un peu plus de 40 autres ponts ou passerelles jalonnent son parcours. Une multitude d'affluents l'alimentent.

LE VIAUR : UNE TERRE D'UNION

Son tracé aveyronnais, après le Lévezou traverse le Ségala. Il est, à partir du pont de Tanus, la frontière naturelle entre les deux départements du Tam et de I'Aveyron.
Avant de se jeter dans la rivière Aveyron il délimite, sur un peu plus de 2 kilomètres, les départements du Tam et du Tarn-et-Garonne. Il baigne donc 3 départements et 29 communes.

Ses ravissantes couleurs chatoyantes changent au rythme des saisons .
Le Viaur, rivière sauvage traverse un décors de roches porteuses de bruyères colorées.
Il abrite une flore riche et une faune abondante. Ses parfums, valorisés par la rosée du matin, sont ceux des arbres qui habitent cette forêt abondante.
Elle était aussi le passage obligé des voies de communication.
La vallée du Viaur, qui fut jadis une ligne de partage et de défense et malgré tout un inévitable

LE VIAUR :UN CARREFOUR BIOCLIMATIQUE

La vallée du Viaur constitue un véritable carrefour bioclimatique.

Aux confins du Bassin Aquitain, du Massif Central et proche du Bassin Méditerranéen ici se rencontrent tout les climats climatiques. Son orientation est-ouest lui permet d'avoir deux versants bien individualisés.

La présence du vent d'autan, venu du sud, apporte douceur et humidité.

Par ailleurs la pente du Viaur est assez importante. Il prend sa source au Puech du Pal, près du village de la Claux, commune de Vezins, sur le plateau du Lévezou, dont il est le point culminant, à 1155 mètres d'altitude et se jette, 155 kilomètres plus loin, dans la rivière Aveyron, à seulement 155 mètres d'altitude, à Laguépie.
( 25 km environ de CRESPIN)


La terre est acide,très argileuse. Les plateaux donnent des sols plus riches et plus épais du fait de la décomposition des roches cristallines. On peut aussi, grâce à la faveur des méandres laissés par la rivière, rencontrer des sols d'alluvions plus récents.

La végétation est formée de taillis de chênes et de châtaigniers à l'aval, de hêtraies à l'amont et de landes de bruyères, ajoncs, genêts.
Des plantations de résineux ont été notamment effectuées dans les années 80.

Ces caractéristiques climatiques expliquent la grande diversité de sa végétation et la richesse de sa faune.

-
Edité par nws, le 30/01/08 à 23:23

Commenter l'article 4 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >
Chandelle
Google


crespin.org
www
44 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Commune de Crespin 718
Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site